Obama, prix Nobel de la Paix

PARIS - En couronnant Barack Obama, le jury des Prix Nobel de la Paix a pris un risque. Le Président des États Unis, même si c'est à l'évidence un esprit pacifique, conduit la plus grande puissance mondiale du monde, laquelle est toujours en guerre, en Afghanistan comme en Irak. Si ce jury a choisi Obama ce n'est pas devant l'évidence.

Certains commentaires, ici où là, ont critiqué le Comité Nobel pour n'avoir à travers ce choix, couronné que des mots et des espérances. Je crois que cette critique est perverse, inappropriée, et par là dangereuse. Car elle consiste à condamner l'espérance sous la forme des mots.

Or il est en politique des mots qui sont des actes. Le discours du Caire, mots adressés au monde musulman, a déjà contribué à changer au moins l'atmosphère des relations. Et les mots que le Président Obama a adressés à l'Iran ont déjà produit des résultats : les conversations ont repris et l'Agence Internationale de l'Énergie Atomique – l'AIEA de Vienne – va visiter les installations de Qom.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/RsclUcv/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.