Skip to main content

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated Cookie policy, Privacy policy and Terms & Conditions

Renouer avec le miracle sud-coréen

SÉOUL – La nouvelle présidente de la Corée du Sud, Park Geun-hye, reprend les rênes d’un pays qui a longtemps constitué un modèle de développement économique pour le monde entier. Cependant, en raison du ralentissement de l’économie, le pays est devenu un modèle en quête de renouveau.

Cette réussite, baptisée « miracle de la rivière Han, » trouve ses racines dans les réformes initiées par Park Chung-hee, défunt père de la nouvelle présidente, et chef de l’État pendant la majeure partie des années 1960 et 1970. L’un des indicateurs du succès de la Corée du Sud réside dans le fait qu’il s’agit du premier pays à avoir effectué sa transition du statut d’État bénéficiaire de l’aide de l’OCDE à celui de donateur, le PIB par habitant dépassant aujourd’hui les 30 000 $ (en termes de parité du pouvoir d’achat).

Le modèle de croissance ayant longtemps sous-tendu la réussite de la Corée du Sud – une forme de capitalisme conduit par l’État et axé sur une production tirée par les exportations – ne fonctionne cependant plus pour de nombreux Sud-Coréens. Le PIB a presque triplé au cours des vingt dernières années, mais, les salaires réels n’ayant suivi cette progression que pour moitié, la croissance s’est désolidarisée du sort des citoyens ordinaires.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/P2tmxnCfr;
  1. op_dervis1_Mikhail SvetlovGetty Images_PutinXiJinpingshakehands Mikhail Svetlov/Getty Images

    Cronies Everywhere

    Kemal Derviş

    Three recent books demonstrate that there are as many differences between crony-capitalist systems as there are similarities. And while deep-seated corruption is usually associated with autocracies like modern-day Russia, democracies have no reason to assume that they are immune.

    7