obama biden signing financial recovery act Charles Ommaney/Getty Images

Rendre justice à la stagnation séculaire

CAMBRIDGE – Joseph Stiglitz a récemment écarté la possibilité d’une stagnation séculaire de l'économie américaine et, par la même occasion, attaqué (sans me nommer) mon travail dans les administrations des présidents Bill Clinton et Barack Obama. Je ne suis pas un observateur désintéressé, mais ce n'est pas la première fois que je trouve que la faiblesse d’un commentaire politique signé par Stiglitz est aussi impressionnante que la force de son travail théorique académique.

Stiglitz fait écho à des conservateurs comme John Taylor en suggérant que la stagnation séculaire était une doctrine fataliste inventée pour fournir une excuse aux mauvais résultats économiques au cours des années Obama. Cela est tout simplement faux. La théorie de la stagnation séculaire, telle que inventée par Alvin Hansen et reprise par moi-même, estime que l'économie privée pourrait ne pas retourner d’elle-même au plein emploi après une forte contraction, ce qui rend la politique publique essentielle. Je pense que c'est aussi ce que croit Stiglitz, et ne comprends donc pas ses attaques.

Dans tous mes écrits à propos de la stagnationséculaire, j’ai insisté sur le fait qu'il s’agit d’un argument pour ne céder à aucune sorte de fatalisme, mais au contraire pour mettre en œuvre des politiques visant à promouvoir la demande, en particulier via l'expansion budgétaire. En 2012, Brad DeLong et moi-même avons soutenu que l'expansion budgétaire s’autofinancerait probablement grâce à l’accroissement de l’activité. J'ai également souligné le rôle des inégalités croissantes dans l’augmentation de l’épargne et le rôle des changements structurels vers la dé-massification de l'économie dans la réduction de la demande.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

or

Register for FREE to access two premium articles per month.

Register

https://prosyn.org/yS0MlGffr