La résilience du Brésil

SÃO PAULO – Il y a moins de dix ans encore, l’économie du Brésil vacillait au premier signe d’instabilité des marchés financiers internationaux. Aujourd’hui, en revanche, le pays semble à l’abri de la turbulence des marchés mondiaux – c’est du moins ce que croient les hauts fonctionnaires brésiliens.

“La crise des subprimes n’a pas encore atteint les plages de Copacabana,” a proclamé il y a peu le ministre des Finances Guido Mantega. “Nous nous débarrassons des déséquilibres et, en fait, nous réduisons progressivement notre dépendance aux entrées de devises – c’est capital.” En effet, le gouvernement a souligné le fait que le Brésil sera encore plus protégé puisque les efforts de réduction des dépenses diminuent la dépendance aux flux de capitaux extérieurs.

Mais la capacité du Brésil à échapper aux conséquences d’une récession aux États-Unis dépend de l’échelle de la crise. Les hauts fonctionnaires brésiliens ont quelques raisons de se targuer que la plus grande économie d’Amérique latine est peut-être plus forte que jamais : les indicateurs macroéconomiques sont en meilleure forme, les ratios de solvabilité se sont améliorés, et l’association d’exportations, d’investissements et de demande intérieure a stimulé l’activité économique.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/bqjaMR1/fr;