0

Sauver le Yémen

LONDRES – Du jour au lendemain, le Yémen a rejoint les rangs des pays, aux côtés de l’Afghanistan et du Pakistan, qui présentent un risque pour la sécurité mondiale. Il est de plus en plus perçu comme un État failli et potentiellement comme un nouveau pays d’accueil pour Al Qaïda.

La tentative d’attentat commise à bord d’un avion de ligne à destination de Détroit le jour de Noël par un jeune Nigérian, entraîné par Al Qaïda au Yémen, semble avoir ouvert les yeux de l’Occident sur les problèmes de ce pays. À la suite de l’attentat manqué, le président américain Barack Obama et le Premier ministre britannique Gordon Brown ont appelé à la tenue d’une conférence à Londres pour trouver des solutions aux problèmes jusqu’ici négligés du Yémen.

Mais si la conférence met trop étroitement l’accent sur la présence d’Al Qaïda au Yémen, elle fera plus de mal que de bien. Cette conférence doit davantage chercher à s’attaquer au problème plus général de la stabilité politique et sociale du Yémen.

Bien qu’Al Qaïda ne soit pas la principale menace pour la stabilité et la sécurité du Yémen, la géographie et les problèmes politiques du pays sont tout à fait adaptés à ses activités. Un élément particulièrement intéressant est la prédominance du strict dogme religieux wahhabite qui, après avoir été exporté par l’Arabie saoudite au Yémen, fournit aujourd’hui un terrain fertile pour le recrutement de jeunes Yéménites désenchantés et prêts à commettre des attentats en Arabie saoudite et ailleurs.