Brendan Smialowski/AFP/Getty Images

Amnésie du côté de l'offre

BERKELEY – Au printemps 1980, l'économiste de l'Université de Harvard Martin Feldstein enseignait (aux côtés d' Olivier Blanchard), l'un des meilleurs cours de macroéconomie que j'ai jamais suivis. Deux ans et demi plus tard, Feldstein a rejoint le cabinet du Président des États-Unis Ronald Reagan, où il a présidé le Conseil des Conseillers économiques jusqu'en juillet 1984.

Pendant son séjour à la Maison Blanche, Feldstein a mené en solitaire une campagne de persuasion contre les réductions d'impôts de la bureaucratie de l'administration Reagan de 1981, en faisant valoir qu'elles étaient trop fortes et qu'elles s'avéreraient douloureuses sur le plan économique si on ne les corrigeait pas.

La position de Feldstein n'était pas populaire parmi les autres partisans de Reagan. Plutôt que de tenir compte de ses avertissements, le chef de cabinet du Président Reagan, James Baker, a convaincu d'autres membres de l'administration de garder le cap, pour ne pas avoir à admettre que la signature de l'initiative de réduction d'impôts par le Président avait été une erreur.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/aTUkrx4/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.