0

Le renminbi et la réalité

BEIJING – Le taux de change de la devise chinoise est une fois de plus dans le collimateur du Congrès américain. Les attaques contre la Chine sont, semble-t-il, à nouveau en vogue aux Etats-Unis.

Mais ce nouvel épisode d’accusations à l’encontre de la Chine a un côté plus étrange que le précédent. Lorsque le Congrès a exercé des pressions pour que la Chine réévalue fortement sa monnaie en 2004-2005, l’excédent du compte courant chinois était en croissance rapide. Cette fois-ci, l’excédent du compte courant s’est nettement réduit en raison de la récession mondiale provoquée par l’éclatement de la bulle financière américaine. Le surplus commercial annuel de la Chine (hors Hong Kong) s’élève aujourd’hui à 200 milliards de dollars, soit près d’un tiers de moins qu’en 2008. En termes de PIB, il a décliné encore plus parce que la croissance du PIB était de 8,7 pour cent en 2008.

Il y a dix ans, l’arrimage du yuan au dollar a poussé à la baisse le taux de change réel de la devise chinoise, parce que le dollar perdait de la valeur par rapport à d’autres monnaies, comme l’euro, la livre sterling et le yen. Mais aujourd’hui, alors que le dollar s’apprécie par rapport aux principales autres devises, l’indexation relative entre le dollar et le renminbi a entraîné un affermissement de la devise chinoise en termes de son taux de change effectif.

Il existe bien sûr aujourd’hui d’autres motifs de friction qui ne semblaient pas si pressants il y a cinq ans. Les déficits intérieur et extérieur des Etats-Unis restent importants et le taux de chômage est élevé et continue à croître. Il fait bien que quelqu’un assume la responsabilité de la situation, et comme les politiciens américains ne veulent pas l’endosser, le taux de change du yuan, qui ne s’est pas apprécié contre le dollar ces dix-huit derniers mois, est le coupable idéal.