Paul Lachine

Maitriser le boom des transferts d’argent de migrants

ROME – Depuis plus d’une décennie, les économies de l’Asie sont en mouvement – tout comme leurs peuples. L’ampleur de la migration des zones rurales vers les centres urbains et au-delà des frontières nationales est historiquement sans précédent, et l’Asie du vingt-et-unième en est le principal foyer.

Dans les pays asiatiques en développement, le pouvoir et le potentiel de ces transferts – l’argent que les travailleurs migrants envoient à leur famille (dont un grand nombre vivent dans les régions pauvres et reculées) – sont immenses. Aujourd’hui, plus de 60 millions de travailleurs migrants originaires de la région Aise/Pacifique constituent plus de la moitié des flux de transferts d’argent vers les pays en développement, renvoyant chez eux 260 milliards de dollars de transferts en 2012.

La Chine, l’Inde, et les Philippines sont les trois plus grands destinataires de ces virements, et le Bangladesh, l’Indonésie, le Pakistan, et le Vietnam sont aussi dans les dix premiers. L’argent est souvent une bouée de sauvetage : on estime que 10% des familles asiatiques dépendent de ces virements de l’étranger pour se nourrir, s’habiller et se loger.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/DfFgtzg/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.