0

Souvenirs de Zhao Ziyang

Les conditions dans lesquelles Zhao Ziyang vivait au moment de sa mort, en isolation complète de la société chinoise du fait d’une incarcération à domicile, illégale et imposée depuis 16 ans, ne font pas honneur à la justice chinoise et au Parti communiste chinois (PCC).

Les persécutions à l’encontre de Zhao sont celles réservées à un leader qui s’était voué corps et âme pendant plus de dix ans à des efforts novateurs qui ont posé les fondements de la réforme de l'économie chinoise. A la fin des années 1970, les paysans chinois avaient perdu leurs droits à leur terre depuis longtemps suite à la collectivisation et l’établissement des communes populaires. C’est un droit qu’ils n’ont jamais reconquis. Zhao, cependant, fut le premier à défendre le retour à l’autonomie paysanne et initia ainsi le premier test pilote d’abolition des communes populaires.

Les industries chinoises se sont transformées en filiales des organismes gouvernementaux via la nationalisation et la planification centrale. Zhao fut le premier à proposer « une autonomie étendue des entreprises chinoises » et « la restauration d’une relation saine entre le gouvernement et l’industrie ». L’autonomie étendue des entreprises et de la paysannerie représente des étapes essentielles dont les succès ont éventuellement mené à une réforme économique totale.

Ce sont là quelques-unes des petites victoires que Zhao remporta pour aider le peuple chinois à se libérer de la stagnation suffocante du socialisme maoïste. En qualité de numéro 1 chinois, Zhao mit en place dix années de réforme économique qui apportèrent un progrès régulier dans lequel le peuple, particulièrement les paysans, ont bénéficié d’améliorations tangibles.