0

Refonte du Moyen-Orient

Le président Bush, le premier ministre palestinien Mazen et le premier ministre israélien Sharon sont prêts à se rencontrer. L'Amérique est-elle sérieuse quant à sa proposition de rétablir la paix en Palestine et en Israël ? Comment cette réunion cadre-t-elle avec la stratégie américaine globale sur le Moyen-Orient ? Richard Haass, directeur du Bureau des affaires politiques du département d'Etat américain, offre sa carte routière de la région complète du Moyen-Orient.

Ce qui a été accompli en Irak et, plus important, ce que le peuple irakien accomplira avec l'aide américaine, déterminera l'avenir de l'un des pays clés du Moyen-Orient. Un Irak ouvert, orienté vers les échanges et pacifique pourrait amener croissance et réforme dans toute la région. Mais les changements d'une grande portée, tant en Irak qu'au Moyen-Orient, prendront certainement du temps.

Le défi post-Saddam qui se pose à l'Irak comprend quatre composantes : humanitaire, sécuritaire, économique et politique. Le défi humanitaire s'est révélé moins pesant que prévu grâce à la planification avancée des Etats-Unis et de la communauté mondiale et grâce à la méthode rapide, centrée et judicieuse utilisée par les forces de la coalition dans cette guerre.

Il subsiste encore des poches où l'aide humanitaire est nécessaire, mais la crise massive anticipée ne s'est heureusement jamais matérialisée. Les réfugiés et les personnes déplacées dans le pays sont peu nombreux ; les réserves de nourriture, d'eau et de médicaments sont le plus souvent suffisantes, ou du moins en bonne voie de l'être. Le gouvernement américain a apporté 600 millions de dollars par le biais d'agences de l'ONU et d'organisations non gouvernementales afin de répondre aux demandes humanitaires immédiates.