Logement contre habitat

CAMBRIDGE – Comme l'a dit Peter Drucker, le gourou influent du management : « si l'on ne pas aucune mesure, rien ne sera fait. » Il aurait pu ajouter que prendre de mauvaises mesures ne donnera rien de bon.

Voyons par exemple le cas des logements à loyer modéré. La plupart des pays en voie de développement, ainsi que de nombreux pays riches, définissent leur déficit en logement en fonction du nombre de familles vivant dans des unités considérées comme socialement inacceptables. Mais ce que l'on entend par inacceptable varie considérablement d'un pays à l'autre. L'eau courante, le tout-à-l'égout et l'électricité sont considérés comme indispensables aux Amériques, mais pas en Inde.

Le problème tient au fait que les gens ne demandent pas des maisons, mais des habitats. Une maison est un objet ; un habitat est un nœud dans une multiplicité de réseaux imbriqués - matériels (électricité, eau et hygiène, routes), économiques (transports urbains, marchés du travail, réseaux de distribution et de commerce, divertissement) et sociaux (éducation, santé, sécurité, famille, amis). La capacité de se connecter à tous ces réseaux fait de l'habitat un objet de valeur.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/iDf5I7i/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.