12

Les nouvelles frontières de l’allégeance

LONDRES – Nous vivons une époque compliquée pour les États, et encore délicate plus pour les citoyens. En effet, ce garant traditionnel de sécurité et de bien-être essentiel que constitue l’État-nation, auquel les citoyens offrent en retour leur loyauté, se trouve aujourd’hui menacé – aussi bien sur les territoires nationaux que dans ce qu’il représente en tant qu’unité fondamentale des affaires internationales.

Loyauté et démarches d’association d’un nouveau genre mettent aujourd’hui à mal le rôle traditionnel des États. Certaines allégeances revêtent une nature géographique. Rien qu’en Europe, on dénombre au moins 40 régions aspirant à une certaine forme de séparation à l’écart du pays auquel elles appartiennent. D’autres types de loyauté reposent sur une appartenance identitaire – pas seulement religieuse ou ethnique, mais parfois inspirée par des intérêts communs sur le plan des affaires, de la politique, ou autre. Aujourd’hui, nous sommes beaucoup plus nombreux à soutenir un certain nombre d’ONG que nous n’appartenons à quelque parti politique.

En somme, l’allégeance dont nous faisons preuve, et particulièrement dans le monde occidental, a rarement semblée aussi divisée qu’à l’heure actuelle. Amartya Sen, prix Nobel d’économie, a fait valoir que nous pouvions apprendre à vivre avec ces identités multiples, et même nous épanouir dans la diversité de citoyennetés et des loyautés que nous confère cette multiplicité.

Mais cette diversité n’est pas sans conséquence. Beaucoup d’entre nous travaillent ou détiennent des actions au sein d’organisation commerciales qui considèrent d’un mauvais œil les autorités fiscales et réglementaires nationales. De même, la plupart des pays occidentaux appliquent des modèles de prestations sociales qui déçoivent de plus en plus leurs citoyens, pour un coût financier bien souvent déraisonnable. Le refaçonnage mondial de la croissance économique vient punir ces pays développés qui appliquent un modèle de gouvernance caractérisé par des coûts, des impôts, et des avantages sociaux élevés.