0

Reconstruire Haïti

NEW YORK – L’horreur du séisme en Haïti se prolonge. Le tremblement de terre aurait causé la mort de 100 000 personnes. La vie de milliers d’autres est fragilisée compte tenu de l’incapacité d’organiser rapidement l’aide humanitaire. Le manque de nourriture et les maladies fragilisent l’existence de plus d’un million de personnes alors même que la saison des pluies et les ouragans à venir pourraient constituer des menaces supplémentaires.

Aussi démunie que soit Haïti, son économie repose tout de même sur un système complexe de commerce entre les zones rurales et urbaines, les transports, l’électricité, les zones portuaires et les fonctions gouvernementales. L’économie haïtienne fonctionnait mal avant le séisme et se remettait à peine du passage de quatre ouragans en 2008 lorsque la terre a tremblé.

Le fait que la capitale en soit l’épicentre, détruisant ainsi tous les centres d’activités sociales, a entrainé la paralysie des systèmes sur lesquels repose toute l’activité quotidienne de la ville. Des millions de gens sont aujourd’hui totalement démunis et sans aucun moyen de survie.

Il faut procéder en plusieurs étapes pour apporter une réponse efficace à ce genre de situation. La première, qui doit intervenir dans les trois ou quatre premières semaines, doit se concentrer sur le sauvetage des survivants, permettre la distribution de nourriture, d’eau, de soins médicaux et assurer un toit pour la population. Ni Haïti ni le monde n’étaient préparé à cela et des dizaines de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants vont mourir inutilement. Il faut améliorer les systèmes actuels d’aide d’urgence, surtout à destination des pays pauvres menacés par les irruptions volcaniques, les séismes, la sécheresse, les ouragans ou les inondations.