Reconstruire sur les ruines de Kadhafi

TRIPOLI – Le nouveau gouvernement venant d’être formé, les dirigeants libyens devraient enfin être en mesure de se concentrer sur l’organisation de la transition de l’héritage d’un État autoritaire héréditaire vers le système plus pluraliste qu’ils envisagent. Mais ont-ils vraiment la capacité ou la volonté d’atteindre un tel but ?

Aux États-Unis, le débat sur la Libye a porté principalement sur les prochaines mesures que le gouvernement devrait prendre. Selon le sénateur Robert Menendez « la Lybie doit rapidement s’engager dans un programme de réformes démocratiques » alors que les spécialistes du développement international, comme Manal Omar de l’Institut américain pour la paix, estiment pour leur part que la clé du succès réside dans la création d’une société civile dynamique.

Ces opinions, cependant, oublient l’histoire unique de la Libye et traitent ce pays comme s’il n’était qu’un autre État du tiers-monde qui requiert des solutions toutes faites. En fait, le seul moyen pour le pays de régler ses problèmes passe par le renforcement des institutions de l’État.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/jIl6oMV/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.