Pour la relance des relations Russie-OTAN


MOSCOU – La crise de Géorgie en août dernier a servi de test au système de sécurité européen. Or il a échoué, car il n'est pas parvenu à remplir sa mission essentielle : assurer la sécurité commune sur l'ensemble du continent. Aussi l'Europe doit-elle analyser ce qui s'est passé et en tenir compte pour modifier ses dispositions quant à la sécurité.

Même avant la crise de Géorgie, la Russie avait conscience de la nécessité de réexaminer les mécanismes de sécurité de l'Europe, notamment ses institutions internationales et régionales et leurs fonctions. Nous avons proposé un système de traités juridiquement contraignants de garanties mutuelles de manière à assurer un même niveau de sécurité partout en Europe.

Estimant l'initiative russe est fondée, l’Union européenne a fait preuve d'intérêt quant à sa mise en route. Certains dirigeants au sein de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) souhaitent y participer. Mais l'OTAN est restée en retrait. Je devais présenter les propositions russes sur le nouveau concept de sécurité au Conseil OTAN-Russie (NRC) en septembre dernier, mais du fait de la crise géorgienne, l'Alliance a refusé de maintenir la réunion prévue.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/DQRXrqT/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.