La race et la République

Depuis toujours, dans le domaine statistique, la question de la race est un sujet explosif, car les besoins de la science recoupent alors le terrain politique. Une fois de plus cette question suscite des débats passionnés en France, la perspective de l'introduction de "statistiques ethniques" entraînant une vive controverse qui touche au cœur même des valeurs du républicanisme français.

Un texte de loi qui remonte à la Révolution française et actualisé en 1978 interdit de collecter des données relatives aux origines ethniques ou raciales, réelles ou revendiquées, lors des recensements ou des enquêtes.

Il y a deux principales raisons à cela. La première tient au principe républicain inscrit dans la Constitution qui ne reconnaît que des citoyens et refuse toute distinction d'origine, de race ou de religion. La deuxième raison est historique : le souvenir douloureux et encore vivace du régime de Vichy lors de la Deuxième Guerre mondiale, qui a faisait figurer les origines "raciales" et religieuses sur les documents d'identité, ce qui a été largement utilisé pour arrêter les juifs français et les envoyer vers les camps de la mort.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/JlcmXmi/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.