Quo vadis, Iran ?

BERLIN – L’Iran est sur le point de gâcher la meilleure opportunité historique qui s’est présentée à lui depuis la révolution de 1979, voire depuis le siècle dernier. Cette opportunité s’appelle Barack Obama.

Cette chance, unique pour la nation, c’est la politique de la main tendue d’Obama – si et c’est un énorme « si », les dirigeants iraniens l’acceptent. Or, pour le moment, rien, ou si peu, n’indique qu’ils vont abonder dans son sens, car cette offre représente un sérieux danger à leurs yeux. S’ouvrir et réduire les tensions avec les Etats-Unis est ce qu’ils craignent le plus. En effet, le régime a applaudi George W. Bush et son administration néo-conservatrice, qui leur permettait de resserrer les rangs, tout en disposant d’assez de marge pour influencer l’Irak et l’Afghanistan.

A l’instar de tous les modernisateurs partiaux des régimes autoritaires, les dirigeants iraniens souhaitent voir leur pays accéder à une économie, une technologie et des infrastructures avancées, mais pas à la liberté, la démocratie ou l’état de droit. Ce qui explique leur grande crainte, voire leur obsession, des « révolutions colorées », même s’ils s’acharnent de fait à en créer une.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/2cqX4ef/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.