Paul Lachine

Politique monétaire non conventionnelle et reprise économique aux USA

CAMBRIDGE – Il n’y a aucun doute quant au fait que l’économie américaine s’est fortement reprise à la fin 2010. Mais dans quelle mesure cette reprise est-elle due à la politique non conventionnelle de « quantitative easing » menée temporairement par la Réserve Fédérale américaine ? Et quelles sont les conséquences de la réponse à la question précédente sur les perspectives économiques des USA en 2011 ?

Jusqu’au quatrième trimestre de l’année dernière, la reprise économique américaine, qui a commencé à l’été 2009, était franchement anémique. Durant les trois premiers trimestres de 2010, la croissance annuelle du PIB s’est élevée à seulement 2.6% environ – dont la plupart était juste une reconstitution de stock. Sans les investissements d’inventaires, le taux de croissance des ventes finales s’élevait à moins de 1%.

Mais le quatrième trimestre s’est révélé très différent. Le PIB annuel a augmenté de 3,2% et la croissance des ventes finales a bondi à un impressionnant 7,1% en base annuelle. Certes, une part importante de cette croissance était due à une forte diminution des importations ; toutefois, même le taux de croissance des ventes finales aux consommateurs domestiques a augmenté à un bon 3,4%.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/27TWoW1/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.