27

Mystification monétaire

NEW-YORK – Des deux cotés de l'Atlantique, les banques centrales ont pris des mesures monétaires extraordinaires en septembre : un troisième épisode de relâchement monétaire (QE3) attendu de longue date initié par la Réserve fédérale américaine et l'achat sans limite des obligations souveraines des pays de la zone euro annoncé par la Banque centrale européenne (BCE). Les marchés ont réagit par l'euphorie, la Bourse américaine par exemple, a battu des records depuis la récession.

Par contre, certains, notamment à droite, craignent que ces mesures alimentent l'inflation et poussent les Etats dans des dépenses inconsidérées.

Tant ces craintes que l'euphorie ne sont pas à propos. Du fait de la sous-utilisation massive des capacités de production et des mauvaises perspectives économiques immédiates, le risque d'une inflation importante est minime.

Néanmoins, la politique de la Fed et de la BCE est porteuse de trois messages qui auraient dû permettre aux marchés de faire une pause :