0

La révolution internet de la Chine

PEKIN – Partout dans le monde, l’histoire s’est reproduite. L’adoption d’internet atteint une masse critique, modifie la manière de mener les affaires et crée des marchés de dizaines de milliards de dollars pour les biens et les services numériques – entrainant ainsi une « destruction créative » massive. C’est désormais au tour de la Chine d’en faire l’expérience – mais dans le cas de la Chine, elle s’opère dans un contexte de profondes transformations économiques et d’évolution rapide de la société. Si ces forces devaient entrer en collision, cela pourrait fondamentalement transformer la deuxième économie mondiale.

Avec 632 millions d’utilisateurs, l’internet chinois a déjà produit un secteur technologique puissant, de dynamiques réseaux sociaux, et le plus grand marché mondial d’e-tail. La frénésie des investisseurs globaux autour de l’introduction en bourse du plus gros commerçant en ligne chinois, Alibaba, donne une idée de l’échelle de valeur économique déjà créée.

Erdogan

Whither Turkey?

Sinan Ülgen engages the views of Carl Bildt, Dani Rodrik, Marietje Schaake, and others on the future of one of the world’s most strategically important countries in the aftermath of July’s failed coup.

Mais l’action s’est jusqu’à présent principalement déroulée dans le camp du consommateur. Les secteurs essentiels, de la manufacture à la santé, n’ont pas progressé au-delà des premières phases de l’Internet. En effet, dès 2012, environ un quart des petites et moyennes entreprises ont commencé à utiliser l’internet pour leurs approvisionnements, la vente, et le marketing – ce qui veut dire que le gros reste à venir.

Les industries traditionnelles recourent de plus en plus à l’internet ce qui leur permet de rationaliser leurs opérations, de trouver de nouvelles méthodes collaboratives, et de se développer grâce au e-commerce – autant d’éléments qui contribuent à l’accélération de la croissance de la productivité. Le McKinsey Global Institute estime que les applications web pourraient participer jusqu’à hauteur de 22% à la croissance du PIB total d’ici à 2025.

Au-delà de ses effets sur le PIB et la productivité, l’internet peut aussi encourager la transparence et la confiance. Le e-tailing par exemple, débuta selon un modèle de fonctionnement de paiement à la livraison. Puis les plateformes de paiement en ligne ont progressivement gagné la confiance des consommateurs chinois, ouvrant ainsi la voie à une croissance explosive du e-tailing.

D’autres industries commencent à suivre cette voie. Les bases de données de sites en ligne d’immobilier réunissent acheteurs et vendeurs beaucoup plus rapidement, avec une moindre majoration des prix compte tenu des asymétries informationnelles. De telles plateformes ont ét�� créées pour les ventes aux enchères de terrains fonciers et de saisies, ainsi que pour les transactions privées.

De même, Le marché naissant de la voiture d’occasion en Chine devrait bénéficier de manière significative de la révolution internet, dans la mesure où le e-commerce encourage la transparence des listes et des transactions de ventes des véhicules, et de nouveaux outils en ligne permettent aux prêteurs d’obtenir et d’analyser les profils de crédit d’une manière plus détaillée et sophistiquée.

Bien sûr, si l’internet peut faciliter la concurrence, obligeant les sociétés étrangères de toutes tailles à relever le niveau, il n’est pas facile de forger un système fondé sur la confiance. Une grande part du potentiel commercial d’internet provient de la collecte, du partage et de l’analyse des données, ce qui entraîne aussi des inquiétudes sur la vie privée.  

Le gouvernement chinois a établi des règles préliminaires pour la protection de la vie privée en 2012, mais de nombreuses zones d’ombre demeurent, dont les questions fondamentales concernant le type d’informations que les sociétés peuvent partager, comment ces informations peuvent être utilisées, et la définition du consentement du consommateur. En plus de clarifier le cadre légal du partage des données, le gouvernement peut montrer l’exemple en utilisant l’internet pour uniformiser et systématiser la collecte des données et l’historique des transactions. En outre, en rendant public une partie de ses propres données, il pourrait lancer un mouvement de partage des données et ouvrir la voie à l’émergence de nouvelles industries.

Pour les entreprises chinoises, un tel mouvement devra s’accompagner d’un changement fondamental de mentalité. Plutôt que de se concentrer sur des productions à grande échelle et à taille unique, les sociétés doivent utiliser les données qu’ils reçoivent pour mieux appréhender et comprendre les préférences et les attentes des consommateurs – et élargir leur offre pour y inclure des produits de niche dont raffolent les consommateurs.

Dans la mesure où l’internet permet aux consommateurs de comparer les offres directement et de choisir l’option la plus économique ou attrayante, les entreprises qui poursuivent leur activité selon le modèle classique seront rapidement prises de cours par la concurrence. Bien sûr, un telle concurrence entrainera une érosion des marges bénéficiaires de ces sociétés – une tendance qui peut être contrecarrée en intégrant les technologies de l’internet dans les fonctions et la logistique du back-office.

Une autre évolution fondamentale impliquée dans l’ascension de l’économie numérique chinoise est que les sociétés les plus innovantes et flexibles – pas nécessairement les plus grosses et les mieux établies – seront les plus prospères. L’internet permet aux start-ups de se développer rapidement et à moindres coûts, libérées des systèmes et des méthodes traditionnelles de gestion des affaires, tout en brouillant les lignes entre les secteurs.

En conséquence, de nouveaux acteurs peuvent émerger subitement pour concurrencer les institutions établies de longue date. Cela n’est jamais aussi visible que dans la lutte que mènent les banques pour protéger leur pré carré contre les fournisseurs de services financiers en ligne.

La révolution Internet perturbe aussi le marché du travail, dans lequel certains postes deviennent automatisés, et les sociétés confrontées à une pénurie de travailleurs qualifiés. Le succès d’une entreprise dépendra de la volonté de ses employés à acquérir de nouvelles compétences, à assumer de nouveaux rôles, et à s’adapter à un rythme accéléré et à des demandes inhabituelles du marché numérique.

Support Project Syndicate’s mission

Project Syndicate needs your help to provide readers everywhere equal access to the ideas and debates shaping their lives.

Learn more

Mais il n’y a pas que les travailleurs qui devront s’adapter. Les politiciens et les chefs d’entreprises doivent s’assurer que les travailleurs déplacés aient des opportunités pour se former, et que ces formations permettent à suffisamment de travailleurs de se spécialiser dans les secteurs technologiques.

L’Internet n’entrainera pas seulement une dynamique en Chine dans les années à venir ; il permettra de transformer une croissance intenable fondée sur des investissements fixes et une main d’œuvre bon marché. En libérant le potentiel de croissance de productivité de l’économie, l’internet peut aider la Chine à atteindre ses objectifs de développement d’un modèle de croissance qui peut mener le pays vers un statut de haut revenu.