La poutinomique

WASHINGTON, D.C. – Le président Poutine a fait des élections législatives un plébiscite qu'il a largement remporté. Et si l'on ne sait rien de son plan pour rester au pouvoir à l'issue de son deuxième mandat qui s'achève au printemps, sa politique économique est claire.

Le fait le plus surprenant lors de ces élections a été de voir Poutine perdre son sang froid. Il a multiplié les apparitions publiques, au point que cela en était agressif, tandis que ses propos manquaient de substance. Il s'en est pris à l'Occident et au "chaos" des années 1990, de la même manière qu'il s'en était pris aux terroristes tchétchènes en 1999 et aux oligarches en 2003.

Le Kremlin a abandonné les procédures démocratiques, décidant des partis et des candidats autorisés à se présenter, tandis que Poutine monopolisait la couverture médiatique. Les militants de l'opposition étaient empêchés de faire campagne et étaient souvent arrêtés, tandis que les tribunaux à la solde du Kremlin refusaient de prendre en compte leurs plaintes. Un peu partout, les électeurs étaient menacés au cas où ils ne voteraient pas pour la Russie unie. Le contrôle des élections par des observateurs indépendants a été également empêché.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/TWIZDoK/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.