Le pantin malgré lui de Poutine ?

MOSCOU – La question qui dominait la politique russe et les discussions sur la politique russe dans le monde – “Va-t-il (Vladimir Poutine) ou ne va-t-il pas rester au pouvoir ?” – est désormais réglée. Il va à la fois y rester et ne pas y rester.

L’élection à la présidence de Dmitri Medvedev, vieil acolyte de Poutine choisi pour être son successeur, signifie que Poutine abandonne formellement le prestige du Kremlin. Mais il semble aujourd’hui que les salutations à 21 coups de canon et la première place au protocole sont les seules choses que Poutine abandonne – et encore. En choisissant de devenir le Premier ministre du président Medvedev, Poutine pense se rapprocher encore plus du pouvoir en obtenant un contrôle constant sur le gouvernement.

Cet étrange transfert de fonction, mais pas de pouvoir – il y a sans doute ici un léger mieux par rapport aux gouverneurs de certains États du sud des États-Unis qui transmettaient leur fonction à leur femme à la fin de leur mandat – correspond au scénario de Poutine. Mais qu’en sera-t-il si celui-ci ne convient pas à Medvedev ? Que se passera-t-il si, après quelques années, Medvedev s’affranchit de son patron autant que Poutine l’avait fait avec Boris Eltsine, l’homme qui l’avait hissé sur son trône du Kremlin ? Si cela devait être le cas, il serait utile de savoir quelles sont les idées politiques, s’il en a, de Medvedev.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/BUHGlTB/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.