Leçons d'histoire à la Poutine

CAMBRIDGE – Si l’idéologie soviétique a toujours porté sur l’avenir, l'idéologie russe officielle semble aujourd'hui totalement axée sur le passé.

L'article récent du premier ministre Vladimir Poutine pour le journal polonais Gazeta Wyborcza – à l’occasion du 60e anniversaire de l'invasion de la Pologne par les nazis – exprime sa détermination à faire de l'histoire européenne du XXe siècle une partie majeure des préoccupations du gouvernement russe. Cet article reflète les problèmes profonds et irrésolus de l’ère Poutine : l'incapacité à distinguer le passé soviétique du présent russe, un mélange sans scrupules de conservatisme politique et de révisionnisme historique, et une indifférence qui frise l’incompréhension à l'égard des valeurs clés de la démocratie.

Dans son article, Poutine ne pleure pas l'effondrement de l'URSS, même s’il lui est arrivé de le décrire comme la « plus grande catastrophe du XXe siècle ». En fait, il y salue même les mouvements démocratiques qui ont enterré l'Union soviétique et sa sphère d'influence, et ne fait pas preuve de compassion pour les révolutions du XXe siècle, qu'il qualifie de « blessures profondes » que l'humanité s'est infligée à elle-même.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/iKKnLgX/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.