0

Le Poutine de toutes les Russies

VIENNE - Pour ceux qui se demandaient encore qui était Vladimir Poutine, la question est résolue. Ses faits et gestes de cette semaine démontrent qu’il est le nouvel autocrate de la Russie. Il est purement et simplement un tsar.

Au cours de ses sept ans au pouvoir, Poutine a envoyé des signaux contradictoires. D’un côté, il est apparu comme un dirigeant capable et dynamique, attaché à la modernisation de la Russie. De l’autre, avec l’aide du complexe militaro-industriel du FSB (ex-KGB) – le « siloviki » - il a systématiquement affaibli ou détruit toute opposition à son pouvoir personnel, tout en renforçant la capacité de l’État à violer les droits constitutionnels des citoyens.

Cette semaine, Poutine a fait savoir qu’il serait en tête de liste du parti Russie unie lors des prochaines élections législatives du 2 décembre, ce qui pourrait lui permettre de devenir le prochain Premier ministre, après l’élection présidentielle prévue en mars 2008. La Russie devra bien sûr choisir un président « honnête, compétent, efficace, une personne moderne avec laquelle il sera possible de travailler en tandem », selon ses propres termes. Ce que cela signifie vraiment est que les électeurs russes devront choisir un homme sélectionné par Poutine pour qu’il respecte ses volontés.

Si ce scénario se réalise, ce sera un triste jour pour la Russie, mais pas parce que Poutine restera au pouvoir – tout le monde en Russie s’y attend. Même s’il a concentré plus de pouvoir entre ses mains qu’aucun autre dirigeant de l’histoire russe post-soviétique, la majorité des Russes pensent qu’il est un grand leader, qui en sept ans à peine a sauvé le pays de la banqueroute et du désespoir de l’époque Eltsine et l’a remis sur la voie de la prospérité. Sondages après sondages lui donnent plus de 70 pour cent d’opinions favorables.