0

Poutine : Tsar ou doge ?

Deux questions pratiques se posent au sujet de n'importe quel système politique. La première : Qu'est-ce qui distingue les partis politiques entre eux ? La deuxième : Qui tient le gouvernail ?

Durant toute une période, en Russie post-communiste les réponses étaient on ne peut plus claires. Il y avait les partis qui voulaient revenir au temps de l'Union soviétique et ceux qui voulaient des réformes. Qui était au gouvernail ? Le président.

Après douze ans de transition, la réponse à la première question n'est plus aussi évidente. Avec la mort annoncée du Parti communiste, les idéologies disparaissent. Ceux qui espéraient une confrontation éclatante entre la gauche et la droite à l'occasion de la récente campagne pour les élections présidentielles en ont été pour leurs frais, car la réponse à la deuxième question est encore plus nette aujourd'hui : la réélection du président Poutine n'a jamais fait l'ombre d'un doute. Ce président tient très fort en mains les rênes du pouvoir.

La popularité tout azimut de Poutine, qui est bien réelle, et la manière dont il a brouillé les clivages politiques lui assurent une position inexpugnable. Beaucoup s'en plaignent, mais son ascendant n'est peut-être pas aussi pernicieux qu'il y paraît.