hoyer10_SIMON MAINAAFP via Getty Images_kenyawindfarm Simon Maina/AFP via Getty Images

Positionner les financements publics du bon côté de l'histoire

BRUXELLES – L’économie des énergies renouvelables s’est considérablement améliorée. L’énergie solaire est désormais la forme d’électricité la moins coûteuse de toute l’histoire. Plus de 90 % de la capacité de production d’électricité créée à travers le monde au cours de l’année dernière concerne des énergies renouvelables. Pour conserver une chance de limiter le réchauffement climatique à 1,5°C au-dessus des niveaux préindustriels, il est cependant nécessaire que les systèmes énergétiques mondiaux se transforment plus rapidement encore. Ceci exige que les gouvernements et institutions financières cessent de financer les combustibles fossiles, et qu’ils insistent sur le soutien international à la transition vers des énergies propres.

Les données scientifiques sont sans équivoque. Pour honorer l’objectif d’1,5°C fixé par l’accord climatique de Paris, la transition énergétique mondiale va devoir s’opérer 4 à 6 fois plus rapidement qu’à son rythme actuel. Les combustibles fossiles produisent encore aujourd’hui 84 % de l’énergie mondiale, et représentent plus de 75 % des émissions planétaires. La feuille de route Neutralité carbone d’ici 2050de l’Agence internationale de l’énergie démontre la nécessité de systèmes énergétiques mondiaux libérés des combustibles fossiles d’ici 2040. Or, depuis la signature de l’accord de Paris, les gouvernements du G20 ont consacré chaque année aux combustibles fossiles plus de trois fois plus de financements publics (77 milliards $) qu’aux énergies renouvelables.

Les tempêtes, inondations et incendies catastrophiques que nous avons connus cette année démontrent qu’il nous faut agir sans tarder. Et dans la mesure où la prospérité future réside dans des investissements énergétiques propres, le bien-fondé d’une intensification de nos efforts apparait également clair sur le plan du développement économique. L’éolien et le solaire sont désormais moins coûteux que les nouvelles centrales à charbon et gaz pour deux tiers de la planète. La diminution considérable des coûts ces dix dernières années a refaçonné les possibilités de choix énergétiques mondiaux, en particulier dans les pays les plus pauvres, où les mini-réseaux fondés sur les énergies renouvelables offrent de réelles opportunités de remédier à la pauvreté énergétique, et d’assurer un accès à l’électricité.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

or

Register for FREE to access two premium articles per month.

Register

https://prosyn.org/LqVIIjxfr