Child in Aleppo Karam Al-Masri/Stringer

Protéger l'éducation dans les zones de conflit

DOHA, LONDRES – Dans les zones de conflit, les enfants sont souvent les premières victimes de la violence. Le mois dernier, des attaques aériennes répétées sur un complexe scolaire à Idlib en Syrie, ont tué au moins 22 enfants. Pendant des mois, des enfants de la ville syrienne assiégée d'Alep n'ont eu aucun moyen d'échapper à des bombardements constants. Comme le New York Times l'a constaté en septembre, « ils ne peuvent pas jouer, dormir ou aller à l'école. De plus en plus, ils ne peuvent pas manger. »

Juste quelques semaines avant cet article, une bombe a explosé à l'extérieur d'une école dans le Sud de la Thaïlande, à l'heure où les parents venaient déposer leurs enfants. L'explosion a tué instantanément un père et sa fille de quatre ans et a blessé dix autres personnes. Brad Adams de Human Rights Watcha décrit l'attentat comme un acte « d'une brutalité incompréhensible. » « Appeler cela un crime de guerre ne traduit pas tout à fait les dommages causés à la victime, ou l'impact de telles attaques sur les enfants dans la région. »

À peine quelques semaines avant le bombardement en Thaïlande, le 13 août, les raids aériens sur une école dans le Nord-Ouest du Yémen dans la région de Saada ont tué 10 enfants et en ont blessé 30 autres.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/KPirTXg/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.