Des progrès dans la protection des animaux

PRINCETON – On dit souvent que l'on peut juger l'état moral d'une société à la manière dont elle traite ses membres les plus faibles. Pris individuellement, les chimpanzés sont beaucoup plus forts que les êtres humains, mais en tant qu'espèce, nous pouvons les dominer et les maintenir captifs dans des zoos ou des laboratoires. Il en est de même des animaux que nous élevons pour les manger. Parmi eux, les truies confinées durant toute leur période de gestation (quatre mois par gestation, deux gestations par an) dans des étables si étroites qu'elles ne peuvent pas se retourner.

De ce point de vue, 2013 a bien commencé en Europe et aux USA. Une directive de l'UE entrée en vigueur le 1° janvier interdit de mettre les truies dans des étables individuelles durant la période comprise entre la 4° semaine de gestation et la semaine précédant la mise à bas. Des millions de truies doivent maintenant bénéficier de la liberté élémentaire non seulement de se retourner, mais aussi de se déplacer. Il est interdit de les maintenir sur sol nu non recouvert de paille ou d'une substance qui leur permette de satisfaire leur besoin de fouiller avec leur groin. Fin janvier, 20 des 27 pays membres de l'UE respectaient au moins à 90% cette directive et la Commission européenne se préparait à veiller à son application complète.

Au même moment, grâce à une campagne de la Humane Society américaine, une cinquantaine de grandes entreprises qui achètent du porc ont annoncé qu'elles ne s'adresseraient plus aux fournisseurs qui utilisent des étables individuelles (certaines comme Chipotle et Whole Foods ont déjà mis fin à leur contrat).

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/Nh46snD/fr;