Privatiser la région du Golfe

DJEDDAH – Pendant que le monde arabe s’engage dans la voie des changements fondamentaux, ses dirigeants doivent rapidement s’adapter ou risquer d'essuyer des révoltes de leur population ; une leçon que n’ont pas manqué de retenir les pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG), à savoir le Bahreïn, le Koweït, l'Oman, le Qatar, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis. Avec leurs voisins enlisés dans des guerres civiles ou en plein milieu de transitions difficiles, et avec la grogne populaire se généralisant au pays, les États du Golfe veulent à tout prix endiguer la marée montante de la révolution.

Le CCG a en effet offert jusqu’ici une aide généreuse, totalisant environ 160 milliards $, aux pays emportés par le Printemps arabe. Pour amoindrir les tensions politiques intérieures, certains pays du Golfe ont également annoncé d’autres trains de mesures qui comportent des hausses considérables des salaires, des augmentations substantielles des emplois dans le secteur public réservés à leurs citoyens et des prestations de chômage plus élevées.

Les États du Golfe se basent tout simplement sur leur richesse pour éloigner la révolution. La majorité de leur population n’a-t-elle pas immensément bénéficié de décennies de croissance économique élevée fondée sur les ressources naturelles ?

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/nppA0ZL/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.