0

La privatisation du développement de l'Afrique

Lagos –  Depuis leur adoption en 2000, des progrès considérables ont été réalisés pour se rapprocher des Objectifs du millénaire pour le développement. Mais en dépit de tous les efforts des différents gouvernements, beaucoup de pays n'y parviendront pas à l'échéance de 2015, notamment les pays africains.

Nous sommes nombreux dans le secteur privé en Afrique à vouloir aller vigoureusement dans ce sens. A l'AFC, nous avons pour mission de réduire la pauvreté sur le continent africain grâce à des initiatives du secteur privé. C'est lui qui est et qui sera le moteur de la croissance en Afrique. Son implication croissante dans le développement est de bon augure pour le continent.

Les problèmes que pose le développement en Afrique sont bien connus. Plus de 40% de la population vit avec moins de un dollar par jour. Plus d'un demi-milliard de personnes ne disposent pas des sources d'énergie moderne et la part du continent dans le commerce mondial n'est que de 3%.

Le manque d'infrastructures et l'insuffisance de l'outil industriel sont des défis majeurs pour l'Afrique, car cela entretient la pauvreté et ne permet pas au continent d'entrer en concurrence avec le reste du monde. En ce qui concerne le commerce sub-régional, le coût du transport des biens est deux fois plus élevé que dans les autres régions en développement et le prix élevé de l'énergie contribue de manière significative au coût prohibitif des échanges commerciaux.