Une diplomatie préventive plutôt que des frappes préventives

Finalement, le Conseil de sécurité de l'ONU a voté à l'unanimité une résolution destinée à mettre fin à la crise libanaise. La priorité doit maintenant être à un cessez-le-feu total et immédiat qui mette fin à la souffrance des civils sans armes et ouvre la voie vers la paix. La communauté internationale doit être guidée dans son action par la conviction commune que la violence n'est jamais une solution viable.

Les auteurs de cet article, ainsi que l'organisation qu'ils représentent, l'Internationale socialiste, ont toujours défendu le droit à l'existence d'Israël et le droit de ce pays à se défendre. Nous souhaitons voir les citoyens israéliens vivre en paix et en sécurité, aux cotés de leurs voisins. Nous avons toujours condamné les attentats qui visent des Israéliens innocents.

Israël prétend que son action à Gaza et au Liban est destinée à assurer sa sécurité. Mais l'utilisation de la force de manière indiscriminée et l'occupation sans fin n'apporteront jamais à Israël une sécurité durable. Sa réponse à l'agression initiale du Hezbollah et sa réponse militaire à Gaza sont disproportionnées. Il va falloir des générations au Liban pour réparer les dégâts, qui sont non seulement matériels mais aussi psychologiques. Le Hezbollah, qui dit combattre pour l'indépendance et la souveraineté du Liban, porte aussi sa part de responsabilité par son agression inacceptable qui met en jeu la vie d'Israéliens et de Libanais innocents.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/sGQ2j3s/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.