0

Le Président Lyndon Ronald Bush

Le Président Bush a renvoyé et remplacé son ministre des Finances et son principal conseiller économique. Ces changements feront-ils une différence ? L'historien économique Harold James place la stratégie économique de Bush dans son contexte historique et entend des échos dangereux des échecs américains passés.

Dans les années 1990, le système économique et financier international était bien plus stable qu'il ne l'était dans les décennies précédentes, malgré l'agitation de 1997-98. Mais cette stabilité est maintenant en train de disparaître rapidement, avec le consensus fondamental sur lequel elle reposait.

L'un des éléments les plus importants du consensus des années 1990, mondialement connu sous le nom de « consensus de Washington », était l'idée d'une responsabilité fiscale. Aux Etats-Unis, l'engagement envers une droiture fiscale a suivi la prise de conscience par le Président Clinton que des budgets équilibrés stabiliseraient les marchés financiers, réduiraient les coûts d'emprunt et créeraient ainsi une croissance plus grande. Il a défendu cette politique au sein d'un Congrès sceptique, ayant même dû pour cela renoncer à un grand nombre de promesses sociales qu'il avait faites au cours de sa campagne présidentielle de 1992.

Entre-temps, en Europe, le consensus était incarné par le Pacte de croissance et de stabilité de l'Union Européenne et rendu opérationnel conformément aux critères rigides de Maastricht qui limitaient les déficits budgétaires gouvernementaux à 3 % du PNB.