13

La science économique dans un âge d’abondance

BERKELEY – Jusqu'à très récemment, l'un des plus grands défis de l'humanité consistait à s’assurer qu'il y ait assez à manger. Depuis l'aube de l'agriculture jusque tard dans l'ère industrielle, la condition humaine commune était caractérisée par ce que les nutritionnistes et les experts de la santé publique décriraient comme un stress nutritionnel biomédical grave et dommageable.

Il y a environ 250 ans, l’Angleterre géorgienne était la société la plus riche qui ait jamais existé, et pourtant de graves pénuries alimentaires affligeaient encore de larges segments de la population. Les adolescents envoyés à la mer par la Marine Society pour être les serviteurs des officiers étaient un demi-pied (15 centimètres) plus petits que les fils de la noblesse. Un siècle de croissance économique plus tard, la classe ouvrière aux Etats-Unis dépensait encore, pour chaque dollar supplémentaire gagné, 40 cents à l’obtention de davantage de calories.

Aujourd'hui, la pénurie alimentaire n’est plus un problème, au moins dans les pays à revenu élevé. Aux États-Unis, environ 1% de la population active est en mesure de produire suffisamment de nourriture pour fournir suffisamment de calories et de nutriments essentiels à l’ensemble de la population, nourriture qui est transportée et distribuée par un autre 1% de la population active. Cela ne correspond pas à l'ensemble du secteur alimentaire, bien sûr. Mais la plupart de ce qui est fait par les 14% restants de la population active qui a pour mission de fournir de la nourriture pour nos bouches consiste à rendre ce que nous mangeons plus savoureux ou plus pratique – des emplois qui relèvent plus du divertissement ou de l'art que de la nécessité.

Les défis auxquels nous sommes confrontés sont maintenant ceux de l'abondance. En effet, en ce qui concerne les travailleurs qui s’occupent de notre alimentation, nous pouvons ajouter environ 4% de la population active qui, en tant qu’infirmières, pharmaciens ou éducateurs, nous aident à résoudre les problèmes résultant du fait d'avoir consommé trop de calories ou de mauvais types des nutriments.