4

La résistance des femmes

VARSOVIE – L'antagonisme est actuellement de plus en plus marqué entre les populistes de droite et un adversaire redoutable mais quelque peu inattendu : les femmes. Aux États-Unis, tout comme en Pologne, les droits des femmes ont été parmi les premières cibles des leaders populistes. Les femmes n'acceptent pas cela sans se battre.

Le conservatisme traditionnel en Occident accepte en grande partie le besoin d'accorder aux femmes une large liberté de procréer. Les administrations populistes de droite, en revanche, sont carrément en période pré-moderne à cet égard, quand elles tentent de renverser les réformes soutenues pas seulement par la gauche - et depuis longtemps acceptées par le droit conventionnel.

Ce n'est pas un secret que le consensus dominant est une source de mépris (et de succès), pour le populiste moderne et pas seulement sur la question des droits des femmes. Les premiers actes de Donald Trump en tant que Président des États-Unis montrent une volonté de rejeter également les anciennes normes dans de nombreux autres domaines, notamment les affaires étrangères et la politique économique.

Mais c'est l'attaque contre les droits de la femme qui est repoussée avec la plus grande fermeté. Le leader de facto de la Pologne, Jarosław Kaczyński, n'a reculé politiquement qu'une fois depuis le retour au pouvoir de son parti en 2015. En octobre dernier, lorsque des milliers de femmes de tous âges sont descendues dans les rues à l'occasion de la « Black Protest », son gouvernement a été contraint de retirer de son plan visant à introduire une interdiction totale de l'avortement. (En vertu de la loi actuelle, l'avortement est autorisé en cas de viol, de graves anomalies du fœtus, ou d'une menace pour la santé de la mère.)

De même, parmi toutes les sources d'opposition à Trump, seules les femmes ont été en mesure de s'organiser rapidement et efficacement. La Marche des Femmes sur Washington le mois dernier a eu un taux de participation trois fois plus élevé  que celui de l'investiture de Trump la veille. En d'autres termes, Trump a commencé son mandat par une défaite en faveur des femmes américaines.

Trump, qui a par la suite rétabli la « règle du bâillon mondial », qui compromet la santé des femmes dans les pays en développement, en coupant le financement des organisations qui offrent des conseils sur l'avortement, n'a pas réussi à masquer cette défaite, ni ses promesses de couper le financement du Planning Familial, qui propose des services de santé génésique aux États-Unis. Au lieu de cela, les femmes ont continué de résister - par exemple, en créant le hashtag #DressLikeAWoman sur Twitter, afin d'attirer l'attention de l'opinion publique sur les exigences sexistes de Trump à l'égard de son personnel féminin.

Comme les femmes se dressent en travers du chemin des populistes, les dirigeants politiques et les partis ont pratiquement battu en retraite : sans surprise, ils continuent à perdre du terrain. Mais les femmes n'ont pas été totalement seules. Les ONG et d'autres types de mouvements sociaux ont également intensifié leurs activités. Même les médias ont contribué à la cause : bien qu'ils ne soient pas habitués à un tel rôle manifestement politique, les circonstances (tout comme la guerre de Trump à leur égard), leur ont forcé la main.

La composition de la résistance est en fait tout à fait logique. Le populisme de droite est, à la base, une attaque contre le libéralisme, pas nécessairement une attaque contre la démocratie. La séparation des pouvoirs, une presse libre, une justice indépendante et le libre-échange sont des idéaux libéraux : ils ne sont pas démocratiques. Les femmes se sont élevées au-dessus du reste de l'opposition, parce qu'elles sont, à bien des égards, l'antithèse du populisme de droite, dont le soutient vient principalement des hommes blancs peu instruits, la cohorte démographique qui comprend le moins le féminisme.

La question est maintenant de savoir si les femmes peuvent gagner la bataille contre les populistes. Même si la réponse n'est pas encore claire, elles disposent de quelques armes puissantes dans leur arsenal.

Tout d'abord, les femmes sont plus nombreuses que tout autre groupe social, à savoir que les noirs, les Latinos, la gauche, la droite, les libéraux, les conservateurs, les catholiques et les protestants. Il y a plus de femmes que d'hommes blancs aux États-Unis - ou en Pologne d'ailleurs. Fait plus important encore, les femmes sont beaucoup plus nombreuses que les populistes. (Les femmes doivent lutter pour leurs droits comme si elles étaient une minorité - mais elles sont une majorité - et comme si elles n'avaient pas le capital humain, alors qu'en Occident, elles ont tendance à être plus instruites que les hommes.)

En outre, les femmes sont partout et la discrimination à des degrés divers fait partie de l'ensemble des expériences des femmes. Ceci attribue aux femmes certaines caractéristiques d'une classe révolutionnaire, au sens marxiste. Cela permet également aux femmes de créer de la solidarité relativement facilement.

Au cours de la Black Protest en Pologne, des milliers d'autres personnes ont protesté par solidarité, de Berlin (où plusieurs milliers de personnes sont descendues dans les rues), au Kenya (où environ 100 personnes ont manifesté). Au cours de la Marche des Femmes sur Washington, jusqu'à deux millions de personnes ont défilé par solidarité dans le monde entier. De toute évidence, les femmes sont une force mondiale. Qui de mieux qu'elles donc pour résister aux avatars de Trump, de Kaczyński et d'autres populistes de droite, à l'heure où ils lancent leur assaut contre le mondialisme ?

Peut-être que l'arme la plus importante dans l'arsenal des femmes est qu'elles n'ont pas honte. Alors que le XXème siècle a été marqué par une discipline par la peur, le XXIème siècle est marqué par une répression par la honte. Contrairement à la peur, la honte peut être cachée : voilà ce qui est déterminant.

Alors que l'on peut éprouver de la peur sans perdre sa dignité, la honte découle d'un sentiment d'infériorité. C'est ce que les femmes rejettent dans leurs manifestations anti-populistes. Défendre les droits des femmes à choisir de pouvoir avorter (en particulier dans des endroits où l'avortement est encore relativement accessible), revient à défendre la dignité et l'autonomie des femmes.

Les grands partis politiques, toutefois, connaissent encore la honte, ainsi que d'autres organisations comme les syndicats traditionnels. Ils ont des scrupules et s'inquiètent de la manière dont ils sont perçus. Cela les handicape pour résister contre le groupe le plus éhonté de tous : les populistes.

Les avatars de Kaczyński et de Trump ont bénéficié massivement de leur manque de honte, de dire et de faire tout ce qui les fait remporter le soutien de leur base politique. Mais les femmes n'ont pas honte. Elles jettent les chaînes de la honte qui ont longtemps servi à les réprimer et combattent le feu par le feu. Les populistes pourront-ils leur résister ?