Prisoners in their shack in the Vorkuta Gulag Laski Diffusion/Getty Images

Lois sur la mémoire historique et mensonges nationalistes

ATLANTA – Une loi controversée, récemment édictée par le parti au pouvoir de Pologne, le Parti Droit et justice (PiS), a suscité une vive attention autour du monde pour sa criminalisation de certaines expressions comme « les camps de la mort polonais. » Mais la loi se veut bien plus qu'un moyen d'amener les citoyens à être vigilants quant à leurs propos.

La loi stipule qu'une personne peut se voir infliger une amende ou jusqu'à trois ans d'emprisonnement pour « publiquement et contrairement aux faits » attribuer à des citoyens ou au gouvernement polonais « une responsabilité ou une co-responsabilité dans les crimes nazis » ou « dans d'autres infractions » qui constituent des crimes contre la paix, des crimes contre l'humanité ou des crimes de guerre.

Il est vrai que les « crimes nazis » ont été commis par les Nazis et qu'à cet égard ces crimes ne sauraient en aucune manière être reprochés aux Polonais. De même, bien que les camps d'extermination nazis aient été situés en Pologne, ils n'étaient absolument pas polonais. Mais c'est la mention des « autres infractions » qui devrait nous préoccuper.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/yQIS1Cv/fr;

Handpicked to read next

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.