Jarosław Kaczyński Krystian Dobuszynski/NurPhoto via ZUMA Press

Les perdants performants de la Pologne

VARSOVIE – Comment un gouvernement au meilleur bilan économique d'Europe (et de l'OCDE tout entière), peut-il être humilié par les urnes par une opposition eurosceptique, nationaliste et économiquement incompétente, considérée comme inéligible il y a seulement un an ? C'est la question que se posent à présent de nombreux Polonais et amis de la Pologne, suite à la défaite du 25 octobre du gouvernement de la Plate-forme Civique. Si la création d'emplois et l'augmentation des revenus ne parviennent pas vous faire réélire, que faut-il alors pour être réélu ?

Une des raisons de la victoire de l'opposition est sans doute universelle : au bout d'un certain temps, tous les citoyens ont tendance à désirer le changement et la Plate-forme Civique était au pouvoir depuis 2007. Et l'impatience face au statu quo est sans doute plus forte dans les pays post-communistes d'Europe centrale et de l'Est, où une grande partie de l'ordre social, politique et économique est encore généralement admis. En effet, Donald Tusk, le leader de la Plate-forme Civique, était le premier Premier ministre de la Pologne à remporter des mandats successifs.

En outre, lorsque des partis gouvernent plus longtemps, leurs plus fortes personnalités ont tendance à être remplacées par des personnalités plus faibles. La Plate-forme civique a contesté ces élections après avoir remplacé Tusk par Ewa Kopacz et a eu le même problème avec un certain nombre d'autres « remplacements ».

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/mH5HX8c/fr;