0

Y a-t-il un pilote dans l'avion ?

NEWPORT BEACH – Je ne sais pas comment vous réagissez, mais pour ma part chaque fois que je suis dans un avion pris dans des turbulences, je me rassure à l'idée que les pilotes savent comment réagir. Je n'aurais pas ce sentiment, si la porte du cockpit restant ouverte, je voyais les pilotes en difficulté en raison du manque de réactivité de l'appareil, discutant de ce qu'ils doivent faire, avec le manuel du constructeur qui ne leur est pas d'un grand secours.

Aussi il est inquiétant de constater qu'avec beaucoup de dirigeants occidentaux on se trouve exactement dans ce cas de figure. Cette perception tient non seulement à leurs déclarations et à et leurs comportements contradictoires, mais aussi à une situation économique qui paraît échapper à leur contrôle.

C'est évident pour l'Europe, les USA et le Japon.  Les prévisions économiques les concernant sont à nouveau pessimistes, leur relance déjà anémique est menacée et où leur bilan est de plus en plus sur la corde raide. Les entreprises comme les ménages deviennent donc de plus en plus précautionneux - ce qui rend encore plus difficile la tâche des responsables politiques.

Les dirigeants politiques européens n'ont pas réussi à empêcher l'extension de la crise de la dette souveraine à la périphérie de la zone euro - ceci malgré des sommets, des programmes et des plans de sauvetage coûteux et l'imposition de sacrifices économiques douloureux à des sociétés entières. Comme un avion en perdition, l'économie européenne ne se comporte pas comme prévu. Ainsi que le Premier ministre grecque George Papandreou l'a dit dans une lettre bien sentie au responsable de l'Eurogroupe, le Premier ministre luxembourgeois Jean-Claude Juncker, "Les marchés et les agences de notation n'ont pas réagi comme nous l'espérions".