Merkel and Tsipras in Berlin 12.2016 Pacific Press

La crise perpétuelle de la Grèce

ATHENES – Depuis l'été 2015, la Grèce a (quasiment) disparu de l'actualité, mais sa situation économique ne s'est pas stabilisée pour autant. Une prison ne fait pas un bon sujet d'actualité tant que ses prisonniers souffrent en silence. Ce n'est que lorsqu'ils fomentent une rébellion et que cette dernière est réprimée par la force publique, qu'apparaissent les équipes de presse.

La dernière rébellion a eu lieu au cours du premier semestre 2015, lorsque les électeurs grecs ont refusé que des monceaux de nouveaux prêts soient jetés sur des montagnes de dette déjà non viables, ce qui risquait d'aggraver la faillite de la Grèce à l'avenir en faisant semblant de l'avoir surmontée. C'est à ce moment-là que l'Union européenne et le Fonds Monétaire International (avec leur approche en péril consistant « à faire comme si »), ont écrasé le « Printemps grec » et ont imposé une nouvelle fois un prêt impossible à un pays en faillite. Ce n'était qu'une question de temps avant que le problème ne refasse surface.

Dans l'intervalle, l'intérêt de l'Europe s'est déplacé vers le Brexit, vers un populisme de droite xénophobe en Autriche et en Allemagne et en Italie vers le référendum constitutionnel qui a renversé le gouvernement de Matteo Renzi. L'attention va bientôt se déplacer à nouveau, cette fois vers la France dont le centre politique est en train de s'écrouler. Mais ne l'oublions pas, la gestion inepte de la crise de la dette européenne a commencé en Grèce. Un petit pays dans le grand ordre des choses en Europe est devenu le cas type d'une stratégie comparable à une boule de neige qui remonterait une pente. Les avalanches qui en résultent sapent depuis lors la légitimité de l'UE.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/BLp2mxR/fr;

Handpicked to read next