0

La paix grâce au développement

New York – Ces dernières années, la politique étrangère américaine a échoué essentiellement parce que les Etats-Unis comptaient sur la force militaire pour résoudre les problèmes qui exigent l’aide au développement et la diplomatie. Les jeunes partent se battre dans des pays comme le Soudan, la Somalie, le Pakistan et l’Afghanistan à défaut de trouver un emploi bien rémunéré. Les gens se raccrochent aux idéologies extrêmes quand ils ne peuvent nourrir leur famille et quand le manque d’accès au planning familial provoque une explosion démographique involontaire. Le président Barack Obama a fait naître l’espoir d’une nouvelle stratégie mais, jusqu’ici, les forces de la continuité dominent les forces du changement dans la politique américaine.

La première règle à observer pour évaluer la stratégie réelle d’un gouvernement est de savoir où va l’argent. L’Amérique dépense beaucoup plus dans le domaine militaire que les autres domaines. Les budgets d’Obama ne changent pas cette situation. Pour l’exercice budgétaire 2010, 755 milliards sont prévus pour les dépenses militaires, soit plus que les dépenses budgétaires américaines dans tous les autres domaines réunis, hormis ladite dépense « obligatoire » pour la sécurité sociale, les soins de santé, le paiement des intérêts de la dette nationale et quelques autres postes.

En fait, les dépenses militaires américaines dépassent la somme des dépenses budgétaires fédérales pour l’éducation, l’agriculture, la lutte contre le changement climatique, la protection de l’environnement, la protection des océans, les systèmes énergétiques, la sécurité intérieure, les logements sociaux, les parcs nationaux et la gestion du territoire, le système judiciaire, le développement international, les opérations diplomatiques, les autoroutes, les transports publics, les anciens combattants, l’exploration spatiale et la science, la recherche et le développement civil, le génie civil pour les voies navigables, les barrages, les ponts, la collecte des eaux usées et le traitement des déchets, le développement local et bien d’autres domaines.

Cette prépondérance des dépenses militaires est valable pour les dix années du scénario à moyen terme d’Obama. D’ici 2019, le total des dépenses militaires devrait s’élever à 8.200 milliards et dépasser de 2.000 milliards les dépenses budgétisées pour l’ensemble des postes non obligatoires.