Pupils write on their notebook as they attend class at a primary school in Pikine SEYLLOU/AFP/Getty Images

Comment financer les gains en éducation pour l’Afrique

JOHANNESBURG – L’Afrique est en pleine crise de l’éducation. Malgré les engagements visant à améliorer l’accès à l’éducation pour tous les enfants d’ici 2030, la plupart des États africains n’arrivent pas à assurer le financement de ce volet ambitieux des Objectifs de développement durable des Nations unies (les ODD). Il est encore temps de combler ces lacunes de financement, mais seulement si on laisse une plus large place à l’adoption de nouvelles stratégies d’investissement.

De nos jours, environ la moitié des jeunes du monde entier, dont presque 400 millions de jeunes filles, ne reçoivent pas la formation nécessaire pour réussir dans le monde du travail du futur. Ce problème est des plus aigus en Afrique ; même si 75 % des jeunes filles en Afrique subsaharienne entament des études, seulement 8 % finissent leur secondaire. L’Afrique subsaharienne est la seule région où le taux d’inscription des femmes à des programmes d’enseignement postsecondaire est inférieur à celui des hommes.

Ces problèmes sont bien connus, même si on ne s’y attaque pas systématiquement. On connaît moins cependant les effets contradictoires que la croissance future de l’Afrique exercera sur les possibilités de financement du secteur de l’éducation.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

Help make our reporting on global health and development issues stronger by answering a short survey.

Take Survey

http://prosyn.org/sR8gP0M/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.