Skip to main content

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated Cookie policy, Privacy policy and Terms & Conditions

lawson1_ISSOUF SANOGOAFP via Getty Images_africagirlsolarpanel Issouf Sanogo/AFP via Getty Images

Le pay-as-you-go en soutien du développement de l’Afrique

LOMÉ – L’essor des services numériques dits pay-as-you-go (PAYGo – [opérés par des fournisseurs d’accès aux réseaux de télécommunication]) en Afrique mérite d’être salué. En permettant à des populations à faibles revenus, tant rurales qu’urbaines, d’accéder aux biens et aux services dont elles ont besoin non seulement pour survivre (nourriture, eau, abri), mais aussi pour réussir (éducation, soins de santé, ressources génératrices de revenus), le modèle économique du PAYGo peut améliorer significativement leur qualité de vie. En réalité, s’ils trouvent les soutiens nécessaires, les modèles PAYGo peuvent révolutionner la fourniture des biens et des services, par conséquent favoriser le développement inclusif.

Les modèles numériques PAYGo mettent à profit les progrès réalisés dans la communication de machine à machine et dans la technologie des capteurs pour permettre aux sociétés qui les opèrent de tracer les usages, de bloquer ou de débloquer leurs ressources, et d’accéder à distance aux données dont elles ont besoin. Ces avantages, associés à des mécanismes flexibles de détermination des prix, leur permettent de proposer des biens et services à des consommateurs dotés de capitaux limités et dont les flux de revenus varient, apportant ainsi à leur niveau de vie des améliorations immédiatement sensibles.

Par exemple, en abaissant la mise de fonds initiale pour disposer d’outils agricoles, de meules à grains et de systèmes d’irrigation, les modèles PAYGo peuvent permettre aux agriculteurs d’accroître leur productivité et, conséquemment, leurs revenus. C’est dans ce but que la startup nigériane Hello Tractor, en partenariat avec le constructeur de tracteurs John Deere, a mis au point un programme qui permet aux petits exploitants du Nigeria, du Kenya et du Mozambique d’utiliser à la demande les engins de la marque.

En outre, les modèles PAYGo élargissent l’accès aux services de distribution d’énergie. En misant sur la baisse du prix des panneaux solaires, dans un continent qui ne manque pas de soleil, les services de distribution d’énergie dits de dernière génération, comme BBOXX, qui opère dans 12 pays, dont le Togo et le Rwanda, offrent des systèmes domestiques d’énergie solaire à des communautés qui sans cela, seraient exclues des réseaux électriques et vivraient sans accès fiable à l’énergie.

BBOXX utilise aussi le modèle PAYGo pour équiper des personnes, des ménages, des communautés et de petites et moyennes entreprises en ressources génératrices de revenus, comme des équipements de cuisine non polluants, des meules électriques et des systèmes d’irrigation alimentés à l’énergie solaire. Au Togo, le village de Sikpé Afidégnon est l’exemple type de la façon dont fonctionne, en pratique, ce système : un partenariat entre BBOX et EDF Energy a permis d’installer l’électricité dans tout le village, approvisionné en énergie solaire selon les principes du PAYGo.

Partout en Afrique, la technique du PAYGo facilite l’acheminement et l’usage de services collectifs et de produits de consommation dans les villages – éclairage public, stations de rechargement des téléphones, centres d’apprentissages connectés à Internet, radio, télévision, ventilateurs… De fait, avec l’augmentation des taux de pénétration du téléphone mobile sur le continent – le Togo atteint aujourd’hui 82,6% – et le développement des paiements par téléphone, la mise en place de modèles économiques fonctionnant avec le PAYGo est devenue plus facile que jamais. Et le potentiel de cette technologie commence seulement à se révéler.

Subscribe now
Bundle2020_web

Subscribe now

Subscribe today and get unlimited access to OnPoint, the Big Picture, the PS archive of more than 14,000 commentaries, and our annual magazine, for less than $2 a week.

SUBSCRIBE

Ainsi les solutions PAYGo peuvent-elles jouer un rôle déterminant dans l’accélération de l’inclusion financière, puisque les données générées par les microtransactions et le traçage des usages offrent un suivi des opérations d’emprunt et de remboursement à des consommateurs qui, sans ce système, n’auraient pu s’en réclamer. Cela leur permet non seulement d’améliorer leur accès aux services financiers comme le crédit et le microcrédit, mais aussi d’acheter des produits d’assurance santé et d’assurance vie.

Il faudra un certain temps pour qu’avec toutes ces techniques, le bien-être global s’améliore, que la productivité augmente et que la croissance inclusive fasse de réels progrès. Mais, si l’on veut tirer le meilleur parti de ces opportunités, le secteur privé ne doit pas être seul à investir dans les solutions de PAYGo ; le secteur public doit aussi s’impliquer. L’une des responsabilités les plus impérieuses d’un gouvernement est après tout de garantir aux citoyens la satisfaction de leurs besoins essentiels et la prospérité.

Pour commencer, les pouvoirs publics doivent accorder des subventions qui réduiraient encore les frais d’abonnement des clients à faibles revenus. On peut y parvenir en diminuant le coût de la technologie solaire domestique disponible par PAYGo, comme celle que BBOXX a mise au point, par des partenariats public-privé. Le Togo est en cette matière à la pointe, grâce au « chèque solaire CIZO », un programme d’aides ciblées aux consommateurs qui fournit des équipements domestiques de haute qualité. Les pouvoirs publics devraient aussi mettre en œuvre des mesures d’incitation, pour que les entreprises adoptent les solutions PAYGo à grande échelle, tant en milieu rural qu’urbain, et investir dans les chaînes de valeur PAYGo.

Afin de promouvoir le PAYGo, le Togo pilotera bientôt une plateforme open-source unique qui reliera consommateurs et fournisseurs de biens et de services PAYGo. Cette plateforme a l’ambition d’offrir aux entreprises privées qui souhaitent fournir des services et des biens aux populations rurales la possibilité de gérer les équipements à distance, de centraliser l’accès aux données concernant les dépenses des consommateurs, et de mettre en place un système sécurisé de traitement des paiements. Les consommateurs, quant à eux, bénéficieront non seulement d’un accès facilité aux biens PAYGo, mais les synthèses de leurs usages seront rassemblées et stockées sur des supports fiables, ce qui leur fournira un suivi des opérations d’emprunt et de remboursement, indispensable au renforcement de leur intégration financière.

L’amélioration de la qualité de vie est dépendante des coûts. Les ménages ruraux à faibles revenus n’ont pas les moyens d’investir dans des biens et des services qui augmenteraient leur productivité, et les pouvoirs publics, souvent, n’en disposent pas toujours non plus. Les modèles économiques innovants du PAYGo permettent de lever ces obstacles. Le PAYGo numérique pourrait donc constituer un changement de paradigme dans la poursuite du développement économique inclusif. C’est pourquoi, en tant que dirigeants politiques africains, nous devons le soutenir.

Traduit de l’anglais par François Boisivon

https://prosyn.org/oNBJ6Ezfr;