7

Le rêve africain

KIGALI – L'idée que le 21° siècle sera celui de l'Afrique n'est pas seulement un rêve puissant et mobilisateur, il devient réalité. Alors que les dirigeants africains se réunissent à Washington du 4 au 6 août pour le premier Sommet Amérique-Afrique, le moment est propice pour examiner les bases - et les limites - des avancées du continent.

Bien que guerre et pauvreté soient encore de graves problèmes dans une grande partie de l'Afrique, notre continent est plus stable qu'il ne l'a jamais été et jouit de l'un des taux de croissance les plus élevés de la planète. Lors de la dernière décennie, des dizaines de millions d'Africains ont rejoint les classes moyennes ; nos villes se développent rapidement et notre population est la plus jeune de toute la planète.

Pour autant les Africains ne doivent pas croire que leur heure est venue. S'il est facile de discourir, malgré l'élan du continent dans la bonne direction, nous savons qu'en Afrique plus que partout ailleurs, l'Histoire est jonchée de rêves qui ne se sont jamais réalisés.

Une opportunité s'offre à nous, les Africains ; saisissons-la. L'une de nos premières tâches consiste à élargir les marchés sous-régionaux et à les intégrer plus profondément dans l'économie mondiale. L'Union européenne, l'Association des nations du Sud-Est asiatique et l'Accord de libre-échange nord-américain peuvent nous servir d'exemple. Ils nous montrent comment créer les conditions d'une croissance et d'une prospérité partagée en supprimant les barrières qui freinent les échanges, en harmonisant les réglementations, en ouvrant les marchés de l'emploi et en développant des infrastructures communes.