Les partis politiques et le populisme

Ce n'est pas une bonne période pour les partis politiques, notamment pour les plus traditionnels d'entre eux. Le temps est loin où la vie politique des vieilles démocraties était dominée par deux grands partis politiques, l'un d'orientation sociale-démocrate et l'autre proche du centre-droit.

Dans les nouvelles démocraties du monde post-communiste, un tel système comportant deux grands partis n'a pas vu le jour. De nos jours, les deux partis qui arrivent en tête ne peuvent généralement pas espérer réunir les deux tiers des voix. Ils sont parfois amenés à créer une "grande coalition". Et si une force politique émergente ne parvient pas à les bousculer en réveillant les sentiments nationalistes ou socialistes de la population – ou encore une combinaison des deux - le reste des voix s'éparpille d'une manière ou d'une autre.

Le déclin des partis reflète le déclin des classes. Le prolétariat et la bourgeoisie d'antan ont disparu. Ils ont été remplacés par une classe moyenne, encadrée d'un coté par une élite importante constituée des très riches et de l'autre par un sous-prolétariat.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/zYxoenj/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.