1

L'élaboration des politiques monétaires par les femmes

LONDRES – L'un des derniers bastions de l'inégalité des sexes dans les démocraties riches vient-il enfin de s'effondrer ? Au cours des dernières semaines, Janet Yellen a été la première femme nommée Présidente du Conseil de la Réserve fédérale américaine, et Karnit Flug est devenue la première femme nommée Gouverneur de la Banque centrale d'Israël. Si l'argent est le pouvoir, alors les femmes ne doivent plus être exclues du contrôle de l'offre de celui-ci.

Bien que des femmes dirigent les banques centrales de 17 marchés émergents, (notamment en Malaisie, Russie, Argentine, Afrique du Sud, au Lesotho et au Botswana) elles sont des exceptions qui confirment la règle : les femmes sont exclues du monde de l'élaboration des politiques monétaires.

Le choix de Yellen à ce poste est particulièrement important, car il brise le plafond de verre des économies avancées. Jusqu'à sa promotion, aucun membre du G-7 n'a mis une femme à la direction de sa Banque centrale.

En outre, ce sont des hommes qui occupent les 23 sièges du Conseil d'administration de la Banque centrale européenne (BCE). Depuis que Comité sur la politique monétaire de la Banque d'Angleterre a été créé en 1997, seulement trois femmes ont été nommées au poste de membres externes - et aucune femme n'a encore été nommée depuis 2002. La Banque du Japon ne compte qu'une seule femme dans son Comité de politique monétaire.