L'héritage de Palme: quinze ans après

STOCKHOLM: Il y a quinze ans, le 28 février, Olof Palme, Premier Ministre de la Suède, était assassiné. Sa mort a choqué des millions de personnes dans le monde entier. L'assassin n'a toujours pas été retrouvé, ou du moins il n'a pas été condamné. Au-delà de Palme, ce crime visait la démocratie elle-même.

Assassiné, Palme fait maintenant partie de l'Histoire. Mais l'Histoire doit être analysée librement et non censurée par déférence. Aussi, lorsque nous nous remémorons le meurtre de Palme, nous devons aussi nous souvenir de ce qu'il a fait et de ce qu'il représentait. Qu'en est-il, par exemple, de l'héritage de Palme en politique étrangère ?

Palme a été un critique puissant, éloquent des Etats-Unis et de la guerre au Viet-nam. Il a lancé des imprécations contre l'oppression soviétique en Tchécoslovaquie et les meurtres du Général Pinochet au Chili. A cause de ces positions, Palme a souvent été dépeint sous les traits d'un adversaire conséquent des tyrannies. Mais ceux qui pensent cela ont tort ; Palme s'est en fait systématiquement abstenu de critiquer nombre de régimes tyranniques, et a même embrassé certains des dictateurs les plus cruels, ou a du moins essayé de ne pas les offenser.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/kYs2lX6/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.