Réfugiés palestiniens et expulsés allemands

L'atmosphère ne pouvait pas être plus tranquille : un ancien château royal dans les collines de la région de Taunus près de Frankfort, où hommes d'État et politiciens tenaient leur meeting annuel sur la question du Moyen-Orient. Des Européens et des Américains, des Israéliens et des Iraniens, des Égyptiens et des Turcs, des Palestiniens et des Tunisiens se sont côtoyés. La nouveauté cette année venait de la présence de représentants de l'Irak de l'après-Saddam, dont des officiels du gouvernement régional kurde ainsi qu'un haut représentant Shya.

La nouvelle situation en Irak, ainsi que la feuille de route pour la paix au Moyen-Orient, était le centre de toutes les discussions. Lors du gala d'ouverture, un ministre allemand de poids, lui-même très impliqué dans les questions du Moyen-Orient, a examiné ces deux sujets en montrant une grande sensibilité envers les inquiétudes israéliennes et palestiniennes. La soirée s'est déroulée comme prévu jusqu'à ce qu'un intellectuel libanais soulève la question du droit des réfugiés palestiniens à rentrer en Israël.

Le ministre allemand a écouté attentivement avant de s'exprimer : « c'est une question qui nous est familière, à nous les Allemands. Puis-je demander à mes collègues allemands de l'assemblée de lever la main s'ils sont, eux ou leur famille, réfugiés d'Europe de l'Est ? »

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/Vp7grcV/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.