1

Le mauvais calcul des Américains au Pakistan

LAHORE – On a appris récemment que les USA ont tenté de négocier un accord avec le Pakistan dans le but de limiter la portée de son programme nucléaire militaire qui progresse rapidement. Toute avancée en faveur de la non-prolifération parait une bonne chose, mais dans ce cas, elle s'accompagne de conséquences inattendues, et quelque peu dangereuses.

Toute cette affaire a commencé le mois dernier, lorsque les médias américains ont rapporté qu'un accord était sur le point d'être conclu. Tout d'abord le Washington Post a révélé dans un article de David Ignatius - sur la base de conversations avec des responsables américains haut placés - que le Pakistan pourrait prendre un certain nombre de mesures pour réduire sa dépendance vis à vis de l'arme nucléaire pour sa défense. Quelques jours plus tard, le New York Timesdisait la même chose dans un article de David Sanger. Les deux journalistes laissaient entendre que le communiqué commun clôturant la rencontre entre le président Obama et le Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif le 23 octobre à Washington pourrait annoncer la conclusion d'un accord.

En réalité ces journaux évoquaient non pas la fin, mais le commencement d'un processus. Selon des responsables pakistanais, notamment Sartaj Aziz, un conseiller important en matière de politique étrangère et de sécurité nationale, aucun accord n'allait être conclu au moment où la presse américaine a publié ces articles. Il semble au contraire que les USA se soient servis des médias pour pousser le gouvernement pakistanais à accepter de plafonner de sa production d'armes tactiques et de missiles de courte portée destinés à les transporter.

Ces articles ont mis en difficulté les dirigeants pakistanais. Annonçant un accord qui aurait été conclu dans le dos de la toute puissante armée pakistanaise, il leur devenait impossible de convaincre cette dernière de limiter la croissance de l'arsenal nucléaire du pays. Les USA ont creusé le fossé entre les différentes parties prenantes pakistanaises sur les questions de sécurité – une situation qui ne profite à personne.