Nawaz Sharif's supporters Anadolu Agency/Getty Images

La démocratie pakistanaise survivra

LAHORE – La décision de la Cour suprême du Pakistan de destituer le premier ministre Nawaz Sharif, qui bénéficiait d’une majorité confortable à l'Assemblée nationale, est considérée par beaucoup en Occident comme un signe inquiétant de retour à une instabilité politique, voire annonçant un retour à l'autoritarisme. Pourtant, l'histoire politique du Pakistan suggère le contraire.

Le Pakistan actuel n’a pas émergé en août 1947, quand il a obtenu son indépendance, mais en décembre 1971, quand, après une guerre civile sanglante, la région orientale du pays est devenue le Bangladesh. Par la suite, le Pakistan a été gouverné comme une démocratie parlementaire, dirigée par le premier ministre charismatique Zulfikar Ali Bhutto.

Mais des accusations de fraude électorale à grande échelle lors des élections de 1977 ont déclenché des troubles généralisés, qui ont non seulement fait tomber Bhutto (qui a finalement été exécuté), mais ont aussi conduit à un coup d'Etat militaire. Le Général Muhammad Zia-ul-Haq a pris la présidence en 1978 et est resté en poste jusqu'à sa mort dix ans plus tard.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/dxwofKV/fr;

Handpicked to read next

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.