men reading newspapers kenya MARCO LONGARI/AFP/Getty Images

Vendre des histoires positives sur l'actualité africaine

LAGOS – Partout dans le monde, le journalisme indépendant est un choix de carrière extrême. Ce travail exige de résister aux refus, aux demandes ignorées, aux idées d'articles volées et aux retards de paiement. Il implique de se réconcilier avec la précarité économique associée au fait d'avoir peu voire aucun moyen de pression dans les négociations salariales. Mais pour les journalistes indépendants africains, couvrir l'actualité du continent présente son propre lot unique de défis.

Au Nigeria, par exemple, la plupart des entreprises de médias ont besoin de rédacteurs en chef diligents, dont un petit nombre publient des articles incisifs et des articles d'analyse et luttent pour payer leur personnel en raison du manque de financement. L'entrepreneur des médias kenyan et ancien présentateur de CNN Zain Verjee a récemment déploré la réticence des milliardaires africains et les gouvernements à financer et à mettre en œuvre des politiques qui soutiennent les start-ups de médias africains, même si elles se sentent souvent offensées par la couverture médiatique occidentale qui dénature souvent les faits. Là où une couverture médiatique peut être achetée et vendue et où le journalisme est considéré comme une forme de relations publiques glorifiées, les rédacteurs de presse indépendants africains ne peuvent que rêver d'une rémunération appropriée.

Considérons un article récent de 800 mots que j'ai écrit pour l'un des plus grands journaux du pays : il a été publié à peine édité et m'a rapporté la somme dérisoire de 10 000 nairas (environ 30 dollars). Et cela après que j'ai marchandé avec le rédacteur en chef pour le revaloriser à 5 000 nairas. Une histoire de longueur similaire me rapporterait 200 dollars ou plus dans une publication en Occident. Peut-être qu'il n'est pas surprenant alors que de nombreux indépendants Nigérians - dont je fais partie - gravitent autour des médias occidentaux.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

http://prosyn.org/CmFwwBP/fr;
  1. verhofstadt40_PAULFAITHAFPGettyImages_borisjohnsonspeakingarms Paul Faith/AFP/Getty Images

    Boris’s Big Lie

    Guy Verhofstadt

    While Boris Johnson, the likely successor to British Prime Minister Theresa May, takes his country down a path of diminished trade, the European Union is negotiating one of the largest free-trade agreements in the world. One really has to wonder what the "buccaneering" Brexiteers have to complain about.

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.