0

Externalisé et sans travail

Le dernier mot à la mode dans le vocabulaire du débat sur la mondialisation est " externalisation ". Soudainement, les Américains -champions de la mondialisation depuis belle lurette - semblent concernés par ses effets négatifs sur leur économie. Ses ardents défenseurs ne sont, bien sûr, pas perturbés par la disparition des emplois. Ils insistent sur le fait que l'externalisation permet de réduire les coûts, de la même manière qu'un changement de technologie permet d'améliorer la productivité, augmentant ainsi les bénéfices, et tout ce qui est bon pour les profits doit être bon pour l'économie américaine.

Les lois de l'économie, disent-ils, assurent qu'à long terme il y aura du travail pour tous ceux qui en veulent, tant que le gouvernement n'interfère pas avec les mécanismes du marché en instaurant des minima salariaux ou la sécurité de l'emploi et tant que les syndicats ne font pas monter les salaires de manière excessive. Quand les marchés sont concurrentiels, la loi de l'offre et de la demande permet qu'à long terme, finalement , la demande de travail s'équilibrera avec l'offre - le chômage disparaîtra. Mais, comme Keynes le disait de manière si poignante, à long terme, nous serons tous morts.

Ceux qui ignorent de manière si cavalière la disparition des emplois sont aveugles : l'économie américaine ne se porte pas bien dernièrement. En plus des déficits commerciaux et budgétaires s'est créé maintenant un déficit d'emplois. Au cours de ces dernières années, l'économie aurait dû créer quelque 4 à 6 millions d'emplois pour offrir du travail aux jeunes arrivants sur le marché du travail. En fait, plus de 2 millions de jobs ont été perdus - pour la première fois depuis la présidence de Herbert Hoover au début de la Grande Dépression, l'économie de l'Amérique renoue avec une perte nette d'emplois lors d'un seul mandat présidentiel.

Cela montre, du moins, que les marchés livrés à eux-mêmes ne fonctionnent pas suffisamment vite pour assurer un emploi à tous ceux qui souhaitent travailler. Le gouvernement a un rôle important à jouer pour assurer le plein emploi - un rôle que le gouvernement Bush a sérieusement mal géré. Si le chômage était moins important, les inquiétudes liées à l'externalisation seraient moins importantes.